Le 01/01/1970

La mobilité étudiante, un phénomène en plein essor

9 millions, c’est, selon une prévision de l’UNESCO, le nombre d’étudiants qui seront mobiles à l’international en 2025 contre environ 5,1 millions en 2016. Cette forte augmentation nous montre que l’accompagnement de la mobilité internationale des étudiants va devenir un enjeu important dans les années à venir.

   

     1.  En 10 ans, une explosion de la mobilité

 

Il y a 10 ans la population d’étudiants mobiles était de près de 2,88 millions. En se basant sur la prévision de 9 millions en 2025 cela signifierait que leur nombre a été multiplié par plus de 3 en seulement une vingtaine d’années. Ce développement sur les 10 dernières années est principalement dû aux actions de l’Union Européenne dans ce sens, par exemple avec le programme Erasmus. Dans les prochaines c’est l’Afrique et, notamment l’Afrique Subsaharienne, qui s’annonce comme le moteur de cette croissance de la mobilité.

 

     2.  Le Nord, terre d’accueil pour les étudiants

 

Les pays du Nord s’affirme comme les pays d’accueil favoris des étudiants en mobilité diplômante. En effet en 2016, sur les 10 pays accueillant le plus d’étudiants 8 sont des pays du Nord, la Chine et la Malaisie faisant figure d’exception. Les pays anglophones sont les plus représentés, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie trustant les 3 premières places du classement. Ce classement pourrait être totalement différent dans quelques années, la Chine et la Malaisie ayant vu leur nombre d’étudiants accueilli croître de plus de 75% entre 2011 et 2016. Dans le même temps la Russie et le Canada ont accueilli environ 50% d’étudiants en plus sur la même période.

 

     3.  Le Sud, terre de mobilité internationale

 

Le rapport de force est bien différent pour ce qui des pays d’origine des étudiants en mobilité diplômante. Parmi les 10 premiers d’un classement largement dominé par la Chine 6 pays sont du Sud, parmi cela 5 sont des pays asiatiques. Sur les un peu plus d’1 915 000 étudiants originaires de ces 10 pays environ   1 450 000 sont issus de pays du Sud dont 870 000 rien que pour l’empire du milieu. La plus importante progression revient au Kazakhstan qui a envoyé 2 fois plus d’étudiants à l’étranger en 2016 qu’en 2011.

 

     4.  La France, terre de mobilité et d’accueil

 

La France, quant à elle, accueillait pas moins de 343 000 étudiants étrangers, en 2016, principalement à Paris et Créteil, Lyon et Lille la classant 4ème pays d’accueil dans le monde et premier pays non anglophone. Ce chiffre est en progression continue d’année en année. Les étudiants les plus nombreux venant du Maroc, de Chine, d’Algérie et de Tunisie.

Pour ce qui de la mobilité des français, près de 91 000 partent, un chiffre en progression de 70% par rapport à 2006, ce qui classe la France 6ème. Les destinations favorites étant la Belgique, le Royaume-Uni et le Canada.